L’examen de chauffeur taxi n’était qu’un début, une étape préalable pour mener votre activité taxi à bien. Avant de pouvoir effectuer le transport de clients, vous devrez cependant prendre en compte certaines modalités relatives à l’exercice du métier de chauffeur de taxi. Quelques rappels s’imposent en premier lieu pour parfaire votre formation ainsi que de nombreuses indications pour pratiquer enfin votre activité taxi.

Si vous avez passé l’examen de taxi, vous devriez en principe savoir ce qui distingue la carte professionnelle taxi de la licence taxi, autrement appelée ADS. Là où la carte professionnelle taxi est décernée par le préfet dans les trois mois où vous aurez effectué votre demande – à condition d’avoir évidemment passé l’examen – la licence taxi, elle, n’encadre pas votre activité taxi en elle-même.

La licence taxi se rapporte à l’autorisation d’exercer votre activité dans une zone déterminée par la municipalité. On appelle la licence taxi ADS pour Autorisation De Stationnement. Cette autorisation, alors, ne dépend pas de la préfecture en premier lieu mais de la commune concernée par l’autorisation de stationnement requise dans le cadre de votre activité taxi.

Comment obtenir une licence Taxi ?

Bien qu’elle ne relève pas des conditions préalables pour exercer l’activité de chauffeur de taxi, la licence taxi est cependant obligatoire. Vous ne pourrez dès lors pas pratiquer le transport de personnes à titre professionnel dans le cadre de votre activité taxi sans en bénéficier. Il existe alors trois manières de l’obtenir.

Obtenir une nouvelle licence

L’autorisation de stationnement dans une commune donnée passe avant tout par la mairie. C’est à la mairie que vous devrez effectuer votre demande d’ADS. Dès lors vous serez inscrit sur une liste d’attente. Les prioritaires, alors, étant les premiers inscrits.

Or, la mairie n’est pas tenue de vous fournir votre ADS dans un délai prévu par la loi. Selon l’ampleur des demandes et la longueur de la liste d’attente, vous pourriez alors devoir attendre des mois si ce n’est plus encore avant d’exercer votre activité taxi. Qui plus est, quand bien même des places viendraient à être disponibles, celles-ci ne seraient alors pas garanties de vous parvenir dans les plus brefs délais. En effet, la préfecture est très parcimonieuse quand il s’agit de livrer plusieurs licences de taxi à la fois. Aussi, obtenir votre ADS par ce biais pourrait s’avérer être un remarquable parcours du combattant.

Racheter une licence Taxi déjà existante

Aussi, plutôt qu’attendre une durée longue et indéterminée, vous pouvez aussi négocier une ADS auprès d’un propriétaire de licence de taxi. Celui-ci peut alors vous la céder. Cependant, ce scénario n’est envisageable qu’à une condition ; que la licence concernée date d’avant le 1er octobre 2014. En effet, celles délivrées après cette date ne peuvent pas être revendues et ce, indépendamment de la commune concernée.

Du fait de la demande élevée de licence de taxi, beaucoup de titulaires d’ADS en profitent et sont prêts à céder la leur à un prix prohibitif. Un coût que ne saurait supporter un nouveau conducteur de taxi à peine entré dans le métier.

Devenir locataire-gérant d’une licence Taxi

À défaut de pouvoir acheter votre ADS, vous pourrez cependant la louer avec des avantages relatifs à cette location. En effet, le statut de locataire-gérant d’une licence Taxi vous permet de bénéficier d’une autorisation de stationner ainsi que d’un véhicule de fonction, compris dans la location.

Cette location, alors, nécessitera que vous vous acquittiez d’une redevance comme cela pourrait être le cas dans le cadre de la location d’un fonds de commerce. Ce à quoi peut être assimilée une licence Taxi par ailleurs.

Déterminer le statut juridique de son activité Taxi

Une fois tous les préparatifs nécessaires à la pratique du métier de chauffeur taxi réunis, c’est-à-dire, une fois votre carte professionnelle ainsi que votre licence Taxi acquises, il vous restera à envisager le cadre du statut juridique de votre activité taxi.

Dans le cadre d’une activité salarié

Si vous souhaitez pratiquer votre activité de chauffeur à titre salarié, vous n’aurez dès lors aucun besoin d’envisager un statut juridique puisque vous dépendrez vous-même du statut de l’entreprise vous ayant embauché. Les questions juridiques, dès lors, ne s’imposeront pas à votre activité Taxi en dehors de toutes celles inhérentes au code de la route, bien entendu.

Le cas des locataires de licence taxi ou des taxis-artisans

En tant que locataire d’une licence de taxi, vous souhaiterez alors privilégier des statuts juridiques correspondant à la reprise d’un fonds de commerce. En tant que chauffeur taxi indépendant, ou taxi-artisan, vous pourrez alors vous essayer au statut de l’entreprise individuelle (EI), que celle-ci soit relative à la micro-entreprise, à l’auto-entrepreneuriat ou bien à la validation d’une EIRL afin de limiter les responsabilités incombant à votre activité taxi.

L’EURL aussi est à privilégier selon ce que vous vous serez défini comme objectifs en tant que chauffeur-taxi. Enfin, le statut juridique de SASU reste la norme-mère en matière d’encadrement de votre activité taxi.

Le statut de SASU : idéal pour exercer une activité Taxi en tant qu’indépendant

En tant qu’entrepreneur et chauffeur de taxi, vous ne souhaiterez pas être prisonnier de statuts étriqués vous limitant dans vos attributions. Aussi, la SASU sera pour vous idéale en ce sens où elle offre de grandes libertés dans le cadre de la rédaction de ses statuts. Ceux-ci pouvant être modifiés à votre guise au gré des circonstances fluctuantes que pourra connaître votre activité taxi.

À supposer que vous souhaitiez convier d’autres chauffeurs si vous avez trop de clients à gérer, vous pourrez, avec la SASU, établir les termes de l’organisation de votre société. La SASU est surtout à privilégier par les entrepreneurs ayant des ambitions puisque ses modalités ont été justement prévues de sortes à encadrer l’évolution future de votre activité de taxi.

Les investissements à réaliser dans le cadre de son activité Taxi

En plus du coût de votre ADS, selon que vous en ayez fait l’acquisition ou que vous en soyez locataire-gérant, vous devrez réfléchir aux investissements concernant votre activité de transport.

L’entretien du véhicule

En tant que chauffeur taxi, vous vous devrez, afin de satisfaire vos clients, être responsable de l’entretien de votre véhicule. Cet entretien concerne alors aussi bien sa propreté que le maintien en bon ordre de ses capacités techniques et mécaniques du véhicule. Il en va autant de votre crédibilité que de la sécurité de vos clients.

De par la loi, en tant que chauffeur-taxi, vous serez tenu de renouveler votre véhicule tous les trois ans, indépendamment du nombre de kilomètres parcouru. Cela représente alors une somme conséquente qu’il vous faudra prendre en compte dans le cadre de vos dépenses futures et ce, afin de calculer vos bénéfices en conséquence.

Le taximètre de votre véhicule et les équipements de taxi

Pour mener à bien votre activité de transport de personnes, vous devrez mettre à la disposition de vos clients tous les ustensiles nécessaires pour que ceux-ci puissent souscrire à votre activité taxi. En plus du taximètre pour mesurer la distance ainsi que le prix de la course, le véhicule devra bénéficier d’un répétiteur lumineux dont la couleur indique si vous êtes disponible ou non pour une course.

Enfin, les équipements de votre véhicule ne sauraient être complets sans terminal de paiement par carte bancaire. Il est en effet obligatoire de proposer cette option de paiement à vos clients, sous peine de quoi votre activité taxi serait en infraction avec la loi.

Gérer son activité de transport

Être indépendant implique d’être responsable. Vous serez par conséquent tenu de gérer vous-même tout ce qui entoure votre activité taxi, cela concernant alors des domaines de la gestion et de la comptabilité.

Le prix de la course

Vous n’êtes pas seul décisionnaire de vos prix, même en tant qu’entrepreneur. Ceux-là ,en effet, sont décidés par avance par décret préfectoral. Ces prix, alors, varieront en fonction de divers facteurs. Cela dépendra alors de la plage horaire durant laquelle a lieu la course, de la zone géographique concernée, du fait qu’il s’agisse ou non d’un jour férié ainsi que du service de prise en charge de bagages si celui-ci est compris dans le transport.

La gestion financière de votre activité Taxi

Une activité taxi, ça n’est pas qu’une affaire de transport de personnes. Vous devrez, surtout en tant qu’indépendant, vous charger de la gestion financière relative à vos déplacements. La comptabilité fait partie intégrante du métier de chauffeur-taxi. Il vous sera cependant possible de vous faire aider par un tiers si vous ne maîtrisez pas la gestion. Toutefois, n’oubliez pas que votre examen de Taxi vous y a en principe préparé ainsi que votre formation.

Le suivi des trajets à vide

Une activité de taxi menée efficacement implique de suivre attentivement vos dépenses en matière de carburant. Le cas des trajets à vide devra être réfléchi scrupuleusement pour éviter justement du gaspillage. À vous alors de vous organiser de sorte à éviter d’avoir à gérer trop de trajets à vide en optimisant au mieux vos courses ainsi que le prix de ces dernières.

Les consignes pour exercer son activité Taxi

L’activité taxi ne s’exerce pas aussi librement que l’on le croit. Vous serez, dans le cadre de vos transports de personnes, tenu de respecter une zone concernant votre secteur. Cette zone, alors, aura été définie par les termes de la licence de Taxi qui vous concerne. Et ce, que celle-ci ait été achetée ou bien louée.

Votre ADS, en effet, délimite votre zone de travail en tant que chauffeur-taxi. Travailler en dehors de cette limite imposée par la loi supposerait une infraction susceptible de vous coûter votre carte professionnelle.

Enfin, un chauffeur-taxi avisé sait se tenir au fait de la loi. Il vous appartient d’anticiper les changements relatifs à la réglementation de votre activité taxi en suivant l’actualité entourant la pratique de votre métier. Sachez aussi garantir la sécurité de vos clients en prenant un soin tout particulier de votre véhicule afin de leur offrir la meilleure expérience de transport envisageable. N’oubliez jamais que l’activité taxi, en effet, comprend aussi bien un service de conduite souple et efficace qu’un service de relation client.